Transition : faut-il jouer l’impro pour jongler avec l’incertitude ?

gestion-entreprise
Tandis que l’article des Echos Entrepreneurs paru en décembre 2020 invite à gérer l’entreprise « comme un cirque », Hugo Excoffier, manager de transition, rebondit sur la notion d’incertitude et sur l’incontournable souplesse nécessaire à tout exercice d’improvisation..
Transition : faut-il jouer l’impro pour jongler avec l’incertitude ?

gestion entreprise comme un cirque

Le management de l’incertitude fait la une des titres depuis quelques mois. Votre avis sur ce concept ?
Honnêtement ? Cette agilité que l’on brandit tout à coup pour braver les aléas comme s’il s’agissait-là d’une nouveauté me fait l’effet d’une tarte à la crème ! Selon l’article des #Echos Entrepreneurs, « Une seule chose est sûre. Désormais, il faut accepter l'incertitude. » Comme nous l’écrivions dans mon dernier papier Manager dans l’incertitude, rien de nouveau sous le soleil, notre société contemporaine ne possède pas un caractère plus incertain que la fin du 18e ou que l’après 1ère guerre mondiale. « Avant ou après le Covid-19 : statu quo. L’incertitude est une donnée permanente. Et prétendre que nos ancêtres et nos anciens n’ont pas vécu une vie entière marquée d'incertitudes relève d’un délit de prétention de nos sociétés modernes…».

Alors oui, l’agilité est bien évidemment un atout. Mais elle l’a toujours été ! Ressource précieuse en entreprise notamment, elle incarne une qualité différenciante qui permet à celui qui la possède d’organiser au mieux les réponses à apporter à des évènements imprévisibles. Et les derniers exemples les plus parlants en période de crise sanitaire le démontrent. Les restaurateurs qui sortent leur épingle du jeu sont ceux qui ont pu s’adapter à vitesse grand V en organisant un système de livraison à domicile, de click & collect ou de drive. L’agilité en pareille conjoncture constitue clairement une condition sine qua non pour la survie de l’entreprise.

« Alors oui, l’agilité est bien évidemment un atout. Mais elle l’a toujours été ! »

Que signifie selon vous le verbe improviser en entreprise ?
L’exemple du joueur de jazz de l’article des #Echos Entrepreneurs me semble éloquent. A son image, le #manager de transition ou le collaborateur agile écoute, observe et s’adapte sur un tempo accéléré. Mais toute nouvelle mélodie (transition digitale, nouveaux services…), si elle s’appuie sur l’impro en réponse à une situation donnée, puise toujours son inspiration dans des règles solides, dans une histoire et une culture d’entreprise tangibles.

Autre critère déterminant mis en avant, le droit à l’erreur fait partie de l’exercice. C’est à mon sens un accélérateur puissant de prise d’initiative qui va de pair avec un management centré sur l’humain dont les effets positifs ont été confirmés par les neurosciences. D’ailleurs, quand on se trompe, la bonne pratique consiste à exploiter l’erreur sous forme d’expérience vertueuse en explorant toutes les pistes capables d’améliorer la prochaine figure libre.

« D’ailleurs, quand on se trompe, la bonne pratique consiste à exploiter l’erreur sous forme d’expérience vertueuse en explorant toutes les pistes capables d’améliorer la prochaine figure libre. »

Selon l’article des #Echos Entrepreneurs, « … / … il faut réunir une troupe où la solidarité intergénérationnelle est plus qu'un concept RH. » Votre avis ?
Dans un monde imprévisible, mieux vaut ne rien figer et surtout pas les ressources humaines ! J’irais toutefois plus loin en croisant d’autres axes de complémentarité :

- au sein de l’entreprise, en cultivant la dynamique du mode projet qui invite des équipes plurielles à collaborer,

- dans une logique d’inter-entreprises, en mutualisant les moyens (achats, supply chain…), en partageant les compétences et les expériences entre des organisations de tout type (grands groupes, start-ups…),

- du côté des ressources humaines, ce levier essentiel, en mixant les équipes internes et externes (manager de transition, conseiller opérationnel) pour façonner des équipes pluridisciplinaires,

- via l’inter-profils, en affûtant l’émulation entre salariés historiques, intervenants externes, juniors, seniors… C’est là le visage de la future troupe agile !

Découvrez l'article sur mon Linkedin

PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3LnlvdXR1YmUuY29tL2VtYmVkL0t1WFFLNUdaRGQ4P3JlbD0wJmF1dG9wbGF5PTEiIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+