Les neurosciences vont-elles métamorphoser le management de transition ?

neurosciences
Tandis que les titres de la presse spécialisée se font l’écho de l’évolution du management de transition (Les Echos Executives, Courrier Cadres…), Hugo Excoffier s’intéresse à l’émergence des neurosciences et à leur application au management. Décryptage.
Les neurosciences vont-elles métamorphoser le management de transition ?
L'évolution du management de transition

Manager de transition ou de la transformation ?
L’image d’Epinal associée au manager de transition semble bel et bien écornée. Le liquidateur senior - majoritairement issu de l’industrie - qui pilotait des restructurations d’une main de fer a tiré sa révérence au profit de profils plus mixtes, plus jeunes et présents dans des secteurs d’activité variés

Côté métier, la gestion de projet supplante l’intérim management. Comme Hugo Excoffier, manager de transition depuis 2009, l’affirmait dans une interview pour Tribune de Lyon, « Transformer une activité, redresser une entreprise, conduire un projet […] constituent le nouveau cœur de métier du manager de transition. » Les chiffres le confirment. En 2018, 57 %* du nombre total de missions étaient liés à la conduite de projet et à la gestion du changement.

Mais déclarer, à l’instar de certains titres, que le management de transition consiste à appliquer des méthodes éprouvées n’apporte rien de neuf ! Pire, prôner une méthodologie toute faite exprime plutôt l'absence de mise en œuvre d’un projet qui tiendrait compte de l'essentiel de la transformation : la diversité des contextes et l’hétérogénéité d’une équipe.

Le nouveau défi du manager de transition ? Etre capable d’établir un diagnostic et d’opérer de premières transformations en un temps record. Le tout, au sein d’une entreprise et d’une équipe dont il a tout à apprendre. Pour faire la différence et relever le challenge, un critère s’avère décisif. L’humain. C’est là que les neurosciences ont un rôle à jouer.


Neuromanagement : vers un nouveau modèle de leadership ?
Hugo Excoffier en est certain. Mettre les neurosciences au service du management (de transition de surcroît) constitue une solution d’avenir prometteuse. Si l’on en croit Pierre-Marie Lledo, directeur du département neurosciences à l’Institut Pasteur : « Ce que les neurosciences peuvent apporter au management, c’est la mise en place d’un environnement qui favorise l’épanouissement du cerveau. Lequel se nourrit du changement et se détruit par la routine. »** Bonne nouvelle, les neurosciences auraient identifié les ressorts de la créativité, piliers de la capacité à innover. Ces « facteurs émotionnels (stress, anxiété, plaisir…) ou stratégiques (changer les termes d’un problème pour le résoudre ou le laisser de côté avant d’y revenir***) » s’avèreraient décisifs dans le processus d’innovation. Grâce aux progrès de l’imagerie, les mécanismes cérébraux et comportementaux liés à la motivation ont révélé leurs secrets, laissant entrevoir une solution à la mollesse dans la conduite du changement, à l’épuisement psychique et au phénomène de burn-out qui gangrène le monde du travail.

Demain, un manager de transition de métier disposera, au-delà de hard skills ciblées (compétences techniques) et de soft skills spécifiques (leadership, empathie, forte capacité d'adaptation…), d’un arsenal de connaissances scientifiques à haute valeur ajoutée. Doté de clés d’analyse et de compréhension du cerveau, il prendra en compte la dimension émotionnelle au travail et son rôle majeur dans le processus de prise de décision. Cette approche éclairée lui permettra d’adapter son mode de communication et de « neuro-booster ses équipes » **** !


Un manager de transition « neuro-friendly »
Déléguer un dossier, accompagner pour construire, céder de l’autonomie, encourager l’expression et la créativité constituent un modus operandi neuro-bienveillant. Les études le prouvent, de telles postures activent les circuits neurologiques de la récompense. Les collaborateurs en retirent un bénéfice en termes de motivation, de confiance et de cohésion sociale. A contrario, une atmosphère de compétition extrême entre salariés perturbe le système cérébral qui sécrète alors une hormone du stress, le cortisol. Après avoir épuisé les pistes quelque peu surfaites du bien-être ou du bonheur au travail au travers des techniques de management trop éloignées de la dimension humaine, les neurosciences proposent d’adopter un contre-pied. Adapter non pas l’humain à l’entreprise mais le contraire. Une révolution doit se mettre en marche si l’on ne veut pas, comme l’évoque Pierre-Marie Lledo, que le « cerveau humain soit dépassé par l’intelligence artificielle. »


Dans le sillage des neurosciences : le leadership positif
Nouveau levier d’action en phase avec les études neuroscientifiques, le concept de leadership positif s’appuie sur l’altruisme, l’empathie et la compassion. Ce management visionnaire et philanthrope aurait pour effet de favoriser le mieux-être et l’engagement collectif. Un engagement précieux pour le manager de transition dont la tâche implique de fédérer tous les acteurs (collaborateurs, fournisseurs, clients, partenaires) autour d’un même projet en un temps court. Son credo : comprendre les clés fondamentales de l’intelligence collective pour stimuler les interactions collaboratives et mettre le talent de chacun au service d’une cause commune, augmentant par-là même la performance dans la conduite du projet.


De l’importance du temps et de l’énergie
A la question « Comment envisagez-vous votre métier demain ? », Hugo Excoffier, insiste sur la posture du manager de transition, axée sur la culture de l’intelligence collective au service de la performance de l’entreprise. Au-delà des aspects purement techniques, ce pivot vers la transformation exploitera ses soft skills et ses connaissances en neurosciences pour mettre tous les acteurs d’un projet en mouvement en un temps record. Grâce aux nouveaux outils de savoir à sa disposition, il économisera deux ressources indispensables à la réussite d’un projet : du temps et de l’énergie.


* Chiffres issus de La Fédération Nationale du Management de Transition - FNMT.
** Source : Magazine Forbes.
*** Sources : Sciences et Avenir n° 874.
**** Selon l’expression consacrée de l’auteur Erwan Devèze (Neuro-boostez vos équipes !).

Logo Hugo

Bio express

+33 (0) 6 11 67 09 53
hugo@hugoexcoffier.com
www.hugoexcoffier.com

FacebookLinkedinViadeo

SARL Hugo Excoffier Partnering
Tous droits réservés 2009 / 2016
Une création signée Envision

 

 

PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3LnlvdXR1YmUuY29tL2VtYmVkL0t1WFFLNUdaRGQ4P3JlbD0wJmF1dG9wbGF5PTEiIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+